The dark knight rises

20 minutes de lecture palpitante

Synopsis : Huit ans ont passé depuis que Batman a disparu dans la nuit, passant à cet instant du statut de héros à celui de fugitif.Prenant la responsabilité de la mort d’Harvey Dent, le Chevalier Noir a tout sacrifié pour le mieux, du moins l’espérait-il, autant que le Commissaire Gordon à ses côtés. Pendant un moment, le mensonge eut l’effet escompté, la criminalité de Gotham se pliant sous le poids de l’Unité anti-crime de Dent. Mais l’arrivée d’une féline et fourbe cambrioleuse au mystérieux dessein chamboule l’ordre établi. Bien plus dangereuse encore est l’apparition de Bane, terroriste masqué dont l’impitoyable projet pour Gotham pousse Bruce à sortir de l’exil qu’il s’est imposé. Mais bien qu’il reprenne cape et masque, Batman pourrait ne pas être un adversaire à la taille de Bane…

 

A priori : Après un « The Dark Knight » culte, le nouveau bébé de Nolan est attendu comme le Messie, il ne peut-être qu’excellent, il sera le film de 2012…ou 2012 ne sera pas (note après visionnage : marde les Mayas avaient raison). La bande annonce est géniale et me conforte dans mon attente. Pour l’occasion j’irai le voir en format Imax et comme je suis à moitié bilingue (je maîtrise parfaitement 1 seule langue) : il sera en VO.

Verdict : **enfile ses collants noirs, son marcel blanc, sa cape et son masque de blairal.**

The Badger-man est prêt et vous présente :

« Badger-man : Rises »

**S’installe dans le fauteuil rouge, pose ses chaussures pour être comme à la maison, lève la tête, la rebaisse**

Oula c’est plus grand qu’à la maison un écran Imax, je vais pitêtre pas rester au premier rang.

**recule** (et au ciné si tu recules, quelqu’un t’en…gueule systématiquement)

**fondu noir dans la salle, c’est parti pour 2h45 de chauve-souris**

Scène d’ouverture. Premier « Oula ». Mais malheureusement pas un « Oula » 100% positif : De la surprise mitigée.

Attention, à l’instar des toilettes d’un ciné, ce qui suit peut contenir quelques traces de spoil, vous voilà prévenus.

Cette scène d’ouverture est relativement proche du braquage faisant celle de The Dark Knight. On retrouve la ficelle du méchant masqué présent dès le début sans que personne (à part le spectateur qui voit le truc arriver 5 mn avant) ne le sache. Puis suit une scène techniquement sympa mais ayant une utilité scénaristique très limitée. Promis je ne spoilerai pas tout le film mais là il faut que je vous raconte.

 

Père Blairal, raconte nous une histoire.

Il était une fois dans un pitit avion des mecs de la CIA (les gentils qui vont mourir mais qui ne le savent pas) et des prisonniers avec des cagoules sur la tête. Les gentils veulent savoir où se cache le méchant Bane, et ils se rendent compte en enlevant les sacs qui masquaient les visages des vilains méchants que Bane fait partie des prisonniers.

Gentil de la CIA : – Bane ?! Ahh ordure !!
Bane : -On me l’avait jamais fait !

Admettons. Puis après 1 ou 2 tentatives de répliques cultes dont je ne me souviens plus exactement mais ressemblant fortement à :

Gentil mais un peu con de la CIA : « -Qu’est-ce qui se passe si je retire ton tuyau ?
Bane : – Ça fera très mal

(Note du Blairal : il aurait pu répondre « Si tu me retires le tuyau ça sera aussi sanglant qu’une bagarre d’eunuques » mais Bane ne semble pas aimer les doubles calembours (je vous laisse méditer là-dessus))

CIA : -Haha tu vas souffrir
Bane : – C’est à toi que ça fera très mal ! Hahaha ! Mon rire est plus sardonique que le tiens ! »

On découvre alors la présence d’un avion plus gros que le premier qui vole exactement au-dessus, qui largue des mercenaires en rappel, ceux-ci agrippant le petit avion. Les mercenaires tirent de l’extérieur, les flics (pourtant armés) ne tirent pas (ça aurait été con de tuer Bane dès le début du film) Pendant ce temps Bane tape sur la tronche des gentils (il est ligoté et désarmé et eux sont libres de leurs mouvements et armés…mais encore une fois ils savaient qu’un film de 7mn30 sans une apparition de Batman n’aurait pas très bien marché).

Pendant ce temps le gros avion coupe les ailes du petit et Bane transfuse du sang d’un scientifique présent dans un autre gars afin que ceux qui retrouvent les restes du petit avion pensent que le scientifique est mort dans l’accident,

STOP

Oui vous avez bien lu. Il semblerait que les Experts Gotham City soient moins efficaces que ceux de Manhattan ou de Las Vegas. Et que mettre un peu de sang d’un éminent scientifique bossant dans le nucléaire, dans un individu Béta suffise pour que si Béta est retrouvé mort on pense qu’il s’agisse de notre rat de laboratoire. Bref niveau crédibilité du scénario ça ne commençait pas super bien.

Techniquement le film est presque irréprochable. Il faut dire qu’avec un budget gros comme 50% du PIB des Comores, il serait mal vu de bruiter une batmobile à la bouche ou de filmer avec un téléphone portable. Les scènes filmées au format Imax sont bien plus nombreuses que dans TDK et augmentent plus l’immersion que la 3D ne peut le faire dans d’autres films. Et même si le début m’a paru un peu longuet (après la scène d’ouverture) je ne me suis pas ennuyé et les 2h47 sont passées à vitesse grand V.

Pour ce qui est de la bande son, la musique de Hans Zimmer est quasi la même que dans les 2 premiers volets donc toujours aussi parfaite.

Côté distribution les acteurs sont tous très bons. Tous ? Non quelque part dans un petit village résiste encore et toujours à l’envahisseur une gauloise au charisme de poule hémiplégique. Marion Cotillard… mais j’y reviendrai, penchons-nous plus en détails sur les nombreux personnages de ce film choral.

La collection été 2012 fut riche en couleurs flashies

La collection été 2012 fut riche en couleurs flashies.

  • Batman/Bruce Wayne (si vous trouvez que c’est du spoil je vous annonce que Spiderman est Peter Parker, que Superman est Clark Kent et que Aquaman n’est pas le petit Grégory)

Christian Bale remet son costume de chiroptère (Haha vous le connaissiez pas celui-là !) masqué et nous offre une très bonne performance d’acteur. L’histoire se déroulant 8 ans après « The Dark Knight », on retrouve un Bruce Wayne affaibli, déprimé, cassé physiquement, n’ayant pas retouché à son pyjama chauve-souris depuis la fin du précédent volet. Bref nous sommes en présence d’un débris qui a des problèmes d’articulations, qui se terre dans son studio de 12500m² et qui n’a plus bougé son bat popotin depuis 8 longues années. Mais cela ne semble être qu’un détail puisque 10 mn plus tard : bye-bye la canne, bonjour la descente en rappel et le tabassage de méchants. Bien que relativement brève, la première apparition de Batman dans le film provoque un frisson (à moins que ça ne soit la clim’), dommage qu’il faille attendre autant de temps pour en profiter.

Pour ce qui est du personnage en lui-même quelques énormités sont à relever. Batman est fort, très fort. Une fois encore je ne spoilerai pas mais quand on se prend 2 coups de couteau bien profonds on gambade rarement 2mn après…’fin en tout cas pas Badger-man (un jour je vous raconterai quand je me suis fait tabasser à coup de petite cuillère).

Mais malgré ce physique hors norme il a face à lui une armoire à glace : Bane (sans Jerry) qui lui mènera la vie dure. Bon je ne ferai pas d’interprétation foireuse de la scène où Christian Bale arrive à sortir du trou lui servant de prison pendant 1/3 du film, il y en a déjà assez sur le net, la plupart comparant cette sortie du puits à une 2nde naissance. Messieurs-Dames les critiques du dimanche sachez que l’on ne nait pas en sortant du trou de Bale.

  • Bane

Avec la boule à zéro et le masque on peinera à le reconnaitre mais c’est bien Tom Hardy qui incarne le méchant catcheur sous morphine. Sa performance a beau être irréprochable, elle n’arrive pas à la hauteur de celle de Heath Ledger servi par un personnage bien plus charismatique. Contrairement au Joker du précédent opus, Bane ne fait pas franchement dans l’humour noir, il mise tout sur le côté « bad ass » ce n’est que lorsqu’il est face au Bale masqué que le chauve sourit. (**s’attribue modestement la médaille du pire calembour original**). Et à cela se rajoute son atroce voix métallique, à la limite du supportable, savant mélange de Dark Vador et d’hélium (dans un souci de respect de l’œuvre originale apparemment en VF également). Autre faiblesse de ce bad man : ses motivations. « Je fais le mal car je suis un méchant » De premier abord Bane semble donc être un méchant Orangina Rouge : Pourquoi il est méchant? Parce que !!!

Ses quelques motivations se rapprochent un peu de celles du Joker : il veut l’anarchie, la révolution, donner le pouvoir aux pauvres, aller contre les inégalités engendrées par le capitalisme et finir par tuer tout le monde

Spoil de carotte
afin de terminer le travail entrepris par beau-papa Ra’s al Ghul.

On sent néanmoins que les scénaristes ont tenté de lui donner de la contenance à travers des punchlines écrites pour devenir cultes, mais qui font chou blanc. Un autre élément marquant du personnage est la posture « Tom Sawyer » : les deux mains sur les bretelles. Bane participe tout de même à la scène qui est pour moi la plus mémorable : celle où il fait son apparition au stade (le Gotham city stade) lors de la compétition de Football américain. Là on retrouve le Nolan que l’on aime, nous offrant un spectacle à la mesure de ce que l’on pouvait attendre du film.

Problème de taupes?


Bane n’est donc pas assez fou pour être un méchant de qualité. Et cerise sur le clafouti

gros spoil qui suit
il ne s’avère être en réalité qu’un sous-fifre mourant comme une merde d’une baballe tirée par Catwoman. Le catcheur asthmatique n’a même pas le droit à un dernier plan pour suivre son agonie. En deux mots on peut dire que Nolan Raye Bane du scénario, il est totalement oublié, rabaissé en méchant de 2nde zone au profit de Miranda Tate.

L’adage affirmant que la qualité d’un film est en grande partie due à la qualité de son méchant est malheureusement ici respecté.

  • Marion Cotillard : Miranda Tate
    Spoil à frire
    alias Miranda Ra’s al Ghul

Ah Marion, La môme, Inception, Batman quelle filmographie… dommage que le seul prix que lui rapportera TDKR soit un Gérard du cinéma pour la mort la plus mal jouée de l’année. Comme tous ceux qui ont vu le film je ne comprends pas comment Nolan, connu pour son exigence, a pu laisser passer ça. De la pitié ? La scène de sa mort était peut-être la meilleure prise…ou alors le fait de faire conduire une femme lui semblait déjà suffisamment impressionnant… Une interprétation creuse d’un personnage creux. Dommage.

  • Anne Hathaway : Selina Kyle
    Spoil de chat
    alias Catwoman

Malgré une bonne interprétation de ce qui lui a été confié, Anne Hathaway ne détrône pas Michelle Pfeiffer qui reste toujours la meilleure Catwoman, portée à l’écran. (par Tim Burton dans « Batman : le défi »)

Ah catwoman et sa combinaison en cuir noir… ok on est loin de Scarlett dans The Avengers mais on va s’en contenter. Ce que je regrette le plus est l’absence de présentation de la voleuse, on ne sait rien de son passé, de sa schizophrénie, pourquoi s’habille t’elle ainsi ? Il n’y a d’ailleurs aucun moment où celle-ci est nommée « Catwoman ». Seuls quelques journaux parlent d’une voleuse à l’agilité féline, pas d’autres indices (même pas un vomi de boule de poils sous un meuble, une tête d’oiseau sur le paillasson ou une litière de 4 m ² dans sa cuisine. Rien). La bonne idée de Nolan est de lui faire porter ses lunettes infrarouges sur la tête simulant des oreilles de chat. Bref un personnage que j’aurais bien voulu voir exploité plus en profondeur qui est ici traité trop superficiellement et avec quelques maladresses.

 

Parmi les nombreux autres personnages secondaires on notera un Michael Caine toujours au top dans le costume d’Alfred le majordome, malheureusement trop absent dans le film. (Avec la présence d’une minette de 60kg on aurait pourtant dû retrouver Alf raide avant la fin) Bien que cette absence soit utile à la mise en abyme, pour moi Bruce Wayne sans Alfred n’est pas vraiment Batman.

De son côté Morgan Freeman reprend le rôle Lucius Fox qui est à Batman ce que Q est à James Bond.

Gary Oldman celui du Commissaire Gordon dans le rôle du nouvel ange blanc de Gotham, remplaçant Harvey Dent : un mec normal qui ne cherche pas les honneurs et qui risque sa vie pour protéger ses concitoyens…et qui est toujours au bon endroit au mauvais moment. C’est un peu le Tampax du film.

Et enfin la nouvelle recrue Joseph Gordon-Levitt qui incarne John Black un jeune flic qui n’écoute jamais la hiérarchie et qui possède un super pouvoir : il sait toujours tout sans que personne ne lui dise quoi que ce soit.
Illustration :
Le commissaire Tampax n’a pas de bol, il descend dans les égouts et tombe sur l’armée de Bane (bon endroit, mauvais moment) il se fait capturer et finit par se sauver dans une évacuation d’eau. Bha dites-moi pas que notre graine de Paco Raban SPOIL (ou plutôt Paco Robin) va l’attendre pile où il faut. MAGIE.
Aller un second tour pour la route : en regardant Batman dans les yeux il devine que c’est Bruce Wayne. RE-MAGIE!

Bat Signal

Pour ce qui est du scénario ça se corse encore.

(Parenthèse diplomatique : Afin de ne pas avoir de problèmes avec mes amis Corses je ne sous-entends pas un scénario peu travaillé, en plastique n’explosant pas d’originalité)

Malgré les rebondissements celui-ci est hyper classique. Quand on s’appelle Christopher Nolan on devrait pouvoir passer outre un compte à rebours de bombe non linéaire, la bombe plus ou moins désamorcée à la dernière seconde, un héros qui survit, une histoire d’amour entre Tom et Jerry… et surtout on devrait pouvoir épargner à son public des rebonds gros comme des maisons… ou totalement moisis. D’ailleurs je ne l’ai pas encore mentionné mais ce film est la suite de « Batman begins », à part quelques références à Dent il est dommage que l’histoire de« The dark knight » ne joue pas un rôle plus important. Le plus regrettable est que Nolan a cédé à la facilité, et face aux enjeux commerciaux, il ne semble pas avoir voulu prendre beaucoup de risques. Soit en lissant son film (par exemple l’absence de sang et de morts violentes explicites permet de rendre le film accessible dès 13 ans aux USA) soit en essayant de réutiliser les formules qui ont fonctionné auparavant. (Exemples de la scène d’ouverture ou du nouveau véhicule le « Bat tout court » qui est carrément moins classe que la bat-pod).

L’ostéopathie pour les nuls.

L’autre souci majeur déjà abordé c’est que le film est jonché d’incohérences (cf Black et son GPS intégré), de passages surprenants (la bombe H qui explose à 15km de Gotham faisant moins d’effet qu’un pet de papillon souffrant d’atrésie), d’absence de sang (à part pour Batman et commissaire Tampax (forcément)) et de victimes innocentes. Si vous cherchez sur le net une liste exhaustive de toutes les énormités du long métrage vous y trouverez des choses assez hallucinantes. Ma préférée étant lorsqu’un prisonnier se prend pour un ostéopathe et remet une vertèbre d’un coup de genoux puis accroche Bruce par les pieds pendant des jours en guise de rééducation.

Un des points positifs du film est sa fin que je trouve plutôt réussie, et ce malgré le gros coup de téléphone dès le début.

« Oui allô Mr Wayne ? C’est Alfred je vais vous dire comment devra finir votre aventure.
-Mais pourquoi m’appelez-vous, je suis à côté ?
-Pour que ça passe mieux dans le scénario.
-Ah ok bon bha rdv au café Florentin dans 2h30 »
*gros clin d’œil*

Le spectateur étant un lapin de 6 semaines il ne voit absolument rien venir (haha le naïf) mais ça reste une fin honnête pour une trilogie de cette qualité.

Conclusion : Je n’en ai pas dit que du bien car mes attentes étant grandes mais The Dark Knight Rises reste un bon film d’action mais pas un chef d’œuvre comme certains ont pu le prétendre. Le 3ème opus du chevalier noir de Nolan assure en tant que block buster de l’été mais pas en tant que film de l’année (et encore moins en tant que pensionnaire du taupe 20 du blairal parce que faut pas déconner c’est un taupe, pas un zoo). S’il fallait le comparer aux 2 autres volets je le placerais à égalité avec Batman Begins. Mais à la décharge de Nolan (je ne parle pas de l’endroit où il a trouvé Marion Cotillard) n’oublions pas que la mort prématurée de Heath Ledger l’a empêché de tourner le film initialement prévu mettant en scène le procès du Joker. Reste plus qu’à prier qu’un réalisateur talentueux reprenne l’univers et adapte au cinéma « The Dark Knight returns » de Franck Miller.

A la semaine prochaine =)

 

Le film en un mot : bat

Note du Blairal : 15,5/20

 

Bonux coupé au montage :

2 réponses
  1. Jean Paul le Dipôle
    Jean Paul le Dipôle dit :

    Article parfait comme à l’habitude.
    Des jeux de mots en mousse et une plume quasi-irréprochable.

    Pour ce qui est du film, à peu près les mêmes réflexions.
    On s’attend à beaucoup de passages ( Made In Hollywood ), le moment le plus surprenant restant quand même celui où l’on apprend que Bane est pas en fait le vrai top méchant.

    Sinon, j’en attendais aussi un peu plus avec tout ce qui avait été fait autour pour le promouvoir depuis des mois;
    La note semble plutôt bonne, par contre, je le place personnellement bien au dessus de Batman Begins, mais aussi loin derrière TDK !

Les commentaires sont fermés.