Scream 4

3 minutes de lecture palpitante

Synopsis : Sidney Prescott, devenue auteur d’un guide d’aide personnelle, retourne à Woodsboro pour terminer la promotion de son livre. Elle n’y était jamais retournée depuis l’enterrement de son père Neil. Elle y reprend ainsi contact avec le Shérif Dewey Riley et Gale Weathers, qui sont désormais mariés, ainsi qu’avec sa cousine Jill et sa tante Kate .

Malheureusement pour elle, son retour coïncide avec l’anniversaire du massacre de Woodsboro, ainsi que du meurtre de deux adolescentes retrouvées dans la même mise en scène que Casey Becker et son petit ami. Le tueur au masque de fantôme est donc de retour. Woodsboro redevient ainsi le théâtre d’une série de meurtres sanglants parmi les habitants de la petite communauté.

A priori : Une fois n’est pas coutume cette partie sera illustrée par une vidéo d’un comique débutant :

Verdict : *dring dring* (oui je fais super bien le téléphone) « Quel est ton film d’horreur préféré? »
Grande surprise, après 10 ans d’absence Scream nous revient avec un sacré coup de jeune (comme dirait mon curé). On y retrouve les survivants des précédents opus (même si niveau carrière cinématographique on ne peut pas en dire autant), ainsi que le maniaque au couteau qui a relancé le slasher à la fin des années 90 : Ghost Face.

[La minute « La culture c’est comme le nutella : on en a jamais trop et c’est meilleur que la confiture ». Saviez vous que le masque de Ghost Face est inspiré du Tableau « Le Cri » peint par le norvégien Edvard Munch ? non? et bien maintenant vous le savez!]

Les acteurs ne sont pas mauvais et restent crédibles dans le registre. Je précise « dans le registre » car dans la vraie vie personne n’a ces réactions là. Personne ne va sortir de sa voiture pour voir si le psychopathe au couteau qui essayait de vous « vider comme une truie » il y a 15 secondes est bien parti…nan jamais…mais heureusement la sélection naturelle est plus forte que tout et les filles à forte poitrine ont tendance à mourir avant de pouvoir se reproduire.
Côté réalisation Wes Craven, qui est le seul réalisateur de films du genre que je connaisse, assure en faisant le pari de l’auto-dérision. Car oui Scream 4 se moque des films d’horreur et de lui même par la même occasion. Et le résultat est pour moi une franche réussite : j’ai rarement autant ri dans un cinéma, le tout évidemment accompagné de quelques sursauts. C’est gore, mais c’est drôle.
Le film démarre sur une intro excellente qui annonce le ton du film : Scary Movie n’a qu’à bien se tenir. Les clins d’œil au premier volet sont nombreux, les répliques téléphoniques de Ghost Face cultes, les cadavres s’empilent (« et pas une méningite, que des morts violentes »), du suspense, on se demande sans arrêt « Mais qui est le tueur? » (« c’est Emile le tueur!! »), la fin réserve son lot de surprises et le film est doté d’un scénario qui se tient. Que demander de plus?
Conclusion : Ce volet est mon préféré des 4. Un film à aller voir entre amis pour quelques sursauts et fous rires garantis, les fans de la saga seront comblés, les autres aussi.

Le film en un mot : Laugh

Note du Blairal : 15/20